WordPress FanBoy - SEO Addict

Pourquoi j’ai quitté Facebook

EDIT : petite remarque avant que vous ne lisiez cet article, je ne vise personne en particulier. Une grosse partie de mes remarques concernent un peu tout le monde 😉

Il y a encore quelques mois, j’avais deux profils différents sur Facebook : un profil professionnel (sur lequel vous pouvez encore me retrouver), et un profil personnel avec mes amis, ma famille et des connaissances. Et puis un jour, j’en ai eu marre : j’ai désactivé de manière définitive mon profil personnel. Et croyez-moi, cela fait un bien fou.

Pourquoi ? Tout simplement car je juge de plus en plus que Facebook devient un réseau social malsain chez une grosse partie de mes contacts. D’ailleurs, même si je parle ici uniquement de FB, la quasi-totalité des remarques seraient potentiellement valables pour tous les autres réseaux sociaux.

Ce besoin de s’afficher

Commençons par les raisons évidentes (mais pas forcément celles qui m’ont réellement poussées à partir).

La première chose que tout le monde constate facilement (je l’ai d’ailleurs lu des dizaines de fois dans des articles qui parlent de « quitter Facebook »), c’est ce besoin que certains individus ont à obtenir une reconnaissance sociale constante : cette fameuse course aux « j’aime » !

Addiction à Facebook

L’addiction à Facebook

Certaines personnes semblent chercher à tout prix à avoir cette sacro-sainte reconnaissance personnelle, comme si leur vie et chacune de leurs actions étaient systématiquement dignes d’intérêt et qu’il fallait que les autres s’y intéressent.

Pêle-mêle, vous retrouverez parmi eux des personnes qui écrivent tout ce qu’ils font (et dont tout le monde se fout), et ceux qui tournent autour du pot pour capter l’attention des autres, par exemple avec ce type de statut :

En pleine réflexion sur ma vie. Que faire ?

Bref, rien de tel qu’un bon coup de pelle pour se débarrasser de ce type d’individus (je rigole, hein…).

Voyeurisme et frustration

Je te vois

Un des autres éléments qui font de Facebook un réseau social malsain, c’est ce besoin de voir ce que font les autres. J’avoue en avoir été victime, et cela peut parfois devenir addictif pour certains : même si au final rien n’est intéressant, vous allez regarder ce que font les autres. Cela devient ensuite une habitude, et vous êtes même parfois frustré quand il ne se passe rien (d’ailleurs, dans ces cas de figure, il ne se passe rien non plus chez vous…).

Vous avez d’ailleurs sans doute eu ce réflexe débile de recharger la page avec F5 ou en cliquant sur le magnifique logo de Facebook, juste pour voir ce qui s’est passé depuis une minute (ou si vous avez de nouveaux like si vous faites partie de ceux qui veulent flatter leur ego).

D’ailleurs, vous êtes aussi parfois vu sans le vouloir, avec des contacts qui vous identifient dans leurs statuts et photos.

Dépression en vue

Pire encore, ce réseau peut devenir une réelle source de frustration et de mal-être. Pourquoi ? Tout simplement car parfois, votre vie n’est pas satisfaisante, et voir ce que font vos contacts peut être une réelle source de dépression.

Cela commence par exemple par les photos de vacances de vos proches alors que cela ne se passe pas bien à votre travail, et que vous, vous n’êtes pas en congés.

Mais cela peut devenir beaucoup plus gênant, comme par exemple quand on n’arrive pas à avoir d’enfant et qu’on voit le bébé trop chou de tel ou tel contact à longueur de journée, ou qu’on se prend des échographies dans la figure sans y avoir été préparé.

Ou alors, vous allez vous plaindre d’un élément futile (je suis le premier à le faire), alors que certains de vos contacts ont peut-être perdu un proche, sont gravement malades ou viennent d’être renvoyé. Vous ne saurez jamais ce qui se passe dans la vie des autres, donc apprenez à être prudent dans vos publications.

Un téléphone vissé à la main

Ces réseaux sociaux sont partout, y compris maintenant dans nos téléphones et tablettes. En soi, rien de gênant : cela l’est beaucoup plus quand cela vous coupe systématiquement de votre entourage.

Qui n’a jamais été en soirée avec des amis en train de discuter de tout et de rien, puis certaines personnes sortent leur téléphone et s’excluent du groupe. Je peux comprendre que lorsque l’on s’ennuie on cherche à faire autre chose. Mais j’estime qu’il y a un minimum de respect à avoir avec les personnes avec qui l’ont est.

Réseaux sociaux et téléphones addictifs

Des téléphones addictifs

J’avoue l’avoir fait certaines fois, avec mes amis ou avec ma famille. J’avoue aussi le faire encore de temps à autre avec d’autres réseaux sociaux ou applications. Mais promis, j’essaie de me soigner.

On le voit d’ailleurs très vite chez ses proches : ceux qui ont leur téléphone dans leur main ou posé sur la table, et ceux qui ont la décence de le ranger ailleurs. Chez certains proches, je sais d’ailleurs que ce sera systématique : il ne se passera jamais une soirée ou une journée pendant laquelle ils ne passeront pas au minimum 10-15 minutes sur leur téléphone, alors que vous êtes à un mètre d’eux.

Chronophage et non pertinent

Ce que l’on se rend compte également lorsque l’on quitte Facebook (ou tout autre réseau sur lequel on est trop souvent actif), c’est que l’on gagne beaucoup de temps libre, et on se concentre sur d’autres activités plus saines : passez du temps avec sa famille, ses amis, lire, sortir, se reposer, regarder des films…

Vous n’imaginez pas le temps que vous passez sur Facebook avant de l’avoir mesurer. Cela rejoint d’ailleurs mon exemple sur ce fameux rafraichissement de page pour voir ce qui se passe de neuf. Essayez un jour les applications du type « RescueTime« , et vous verrez l’impact que ces réseaux peuvent avoir sur votre emploi du temps.

Juge et bourreaux

Une autre chose que je ne pouvais supporter, c’est que le fait que chaque statut ou action est jugée par tout le monde. Tout le monde a toujours un avis sur tout : vos contacts vont ainsi commenter et critiquer (ouvertement ou derrière votre dos) tout ce que vous faites ou écrivez.

Tous juges sur Facebook

Tous juges sur Facebook

Je suis sûr que vous avez déjà eu au moins une fois des discussions plus ou moins houleuses avec certains contacts, et sur des sujets aussi variés que parfois puérile : politique, religion, bien-être des animaux, écologie, humour…

Et la grosse problématique sur Internet, c’est que vous n’avez pas l’intonation qui va avec le texte. Pourtant, cela peut en dire long sur votre pensée réelle, notamment quand vous faites de l’humour. Pire encore, une simple phrase mal tournée peut être très mal interprétée par vos proches. Contrairement à une discussion de vive voix, vous ne pourrez jamais échanger de manière aussi sereine que dans la vie réelle.

Je ne te respecte plus

Et pour terminer : le non-respect de vos contacts, de votre famille et de vos amis.

Quand vous en arrivez à un stade où vous apprenez par Facebook des nouvelles importantes de votre entourage le plus proche, il y a de quoi l’avoir mauvaise, comme par exemple une annonce de mariage ou encore d’un bébé qui va arriver dans 9 mois (oui oui, avec la photo du test de grossesse qui vient de servir…).

Si vous considérez tous vos contacts sur FB au même niveau, et que passez les voir ou leur donner au minimum un coup de fil pour ce type d’évènements est trop complexe, c’est que vous n’être peut-être pas si proches, ou alors que vous ne les respectez pas forcément.

Mais tu es encore sur Facebook ?

Bref, plus le temps passait, plus j’avais l’impression de m’éloigner de plus en plus de mes contacts Facebook, alors que paradoxalement c’est ainsi que j’en savais le plus sur eux…

Alors oui, j’y suis encore, mais uniquement à titre professionnel : vous verrez parfois certains statuts plus léger de ma part, mais plus jamais je ne partagerai d’éléments trop personnels.

J’ai gardé quelques rares contacts de ma famille et de mes amis sur cet autre profil, mais cela s’arrête-là. A vrai dire, il y a une seule chose qui me manque (et qui explique la présence de quelques proches) : les conversations de groupes, car elles sont super pratiques pour organiser une soirée, un anniversaire ou des vacances.

Je ne peux donc que vous conseiller une chose : désactivez votre compte Facebook ! Cela fait bizarre au début, mais en réalité cela fait un bien fou !

Pour terminer, voici une petite vidéo pour montrer l’impact que les réseaux sociaux peuvent avoir sur notre vie.

© 2017 Daniel Roch : WordPress FanBoy – SEO Addict
Propulsé par WordPress
Mentions légales
Thême par Anders Norén - Modifié par Daniel Roch

8cb224e488d47f142a8aa983adb3b0d8HHHHHHHH